Nanette à bicyclette
L'aventure continue !

Menu

- Accueil
- Archives
- Album photo
- Mes amis

Articles récents

- Sur les routes de l'Himalaya
- Keylong - Leh : la route des grands cols (1ère partie)
- Kaza - Keylong
- Volleyball sous le sommet du Mont Blanc
- 1ère étape

Menu

- Le blog de l'été dernier
- Notre itinéraire


1ère étape


Connexions internet difficiles. Je trouve enfin un peu de temps pour écrire et mettre qqs photos en ligne, pas grand chose mais c'est deja mieux que rien. Nos journées ont été bien remplies jusqu'à aujourd'hui. Commençons par le commencement.

Arrivée Delhi

Atterrissage 6h du matin, temps couvert, une petite trentaine de degrés. Ca commence pas trop mal. Après qqs inquiétudes étant données la taille de nos bagages (et un peu echaudée par l'arnaque que je n'avais pas pu éviter l'an dernier), nous arrivons finalement sans problème à la gare routière, sans être enquiquinées. Connaître les lieux et savoir précisément quoi répondre aux rabatteurs aide sans doute un peu. A la gare routière, après 10 bonnes minutes d'âpre négociation, un porteur accepte notre prix (ou nous acceptons le sien..., il voyait bien qu'on n'y arriverait jamais toutes seules !). A peine 3h après être sorties de l'avion, nous sommes déjà sur la route de Shimla, notre point de départ si la météo le permet. 10h plus tard, nous sommes accueillies par Andre, un cyclo Australien avec qui j'avais correspondu via internet avant le départ. Sophie goûte à son premier repas indien.

Shimla est une jolie petite ville construite sur les flancs escarpés d'une colline à un peu plus de 2000m d'altitude. Elle est entourée de cultures en terraces, du moins c'est ce qu'on nous a dit... Nous avons juste aperçu le toit des maisons dans la brume. La météo n'est pas très prometteuse...


Le lendemain, pluie battante. Nous décidons de prendre le bus jusqu'à la prochaine étape : Narkanda, en espérant un temps plus clément. Rajay, un architecte indien fort sympahique nous prend en stop pour la gare routière, et nous emmène finalement 60km plus loin jusqu'à Narkanda ! Les cartons des vélos posés à l'arrière du pick-up arrivent totalement décomposés par la pluie. Les saccoches heureusement sont étanches.

Le ciel s'éclaircit enfin, nous sommes confiantes pour le lendemain et la magnifique descente (1700m de dénivelé pour les connaisseurs). Montage des vélos et balade dans les environs buccoliques de Narkanda.





Le lendemain, réveillées par les trombes d'eau... Zut, flute, voire autres mots plus grossiers fusent dans la chambre. C'est décidé, nous allons démarrer de Rekong Peo, 120km plus loin, un peu plus à l'abri de la mousson. Tant pis pour notre 1ère descente de rêve. Nous protégeons donc un peu les vélos pour le bus, et nous voilà parties. A chaque nid de poule, nous prions pour que nos montures ne soient pas trop abimées. Evidemment au bout d'1 heure, la pluie s'arrête ! Les jambes fourmillent, on hésite à descendre du bus, stoppées à la dernière minute par une averse salvatrice. La fin du trajet le long de la Sutlej, entre chantiers du barrage, pistes défoncées, gadoue, poussière, camions etc nous rassure, nous avons fait le bon choix.

Arrivées à Rekong Peo, nous sommes l'attraction. Tiens, on devrait peut-être faire payer !

 
 
 


Il nous faut demander les "inner-line permits", laisser-passer dans la zone frontalière avec le Tibet. Nous retrouvons André et un autre Australien, nettement moins chargés que nous, et nettement plus speed. Ils sont arrivés par le bus de nuit et repartent directement à vélo direction Puh, notre destination du lendemain. Nous profitons de l'après-midi ensoleillée pour faire une petite mise en jambe : belle balade jusqu'à Kalpa et Pangi, 2 villages au-dessus de Peo.

 

 



9 juillet C'est parti pour de bon. Première étape : Rekong Peo - Puh. 62 km, +1263m, -900m


Route spectaculaire. Ca grimpe, ça descend, ça regrimpe, ça redescend, ça regrimpe à nouveau... Voilà un petit aperçu du programme pour les jours à venir. Les paysages sont immenses, minérals, superbes. Il fait un peu chaud (36-38°C) mais avec le vent, cela reste supportable.

 

  
 
Checkpoint d'entrée dans la "inner-line zone"
   
photos à venir


Je souffre pas mal dans la dernière montée. Le village, comme tous les villages de la région est situé 300m au-dessus de la route. Lorsque j'arrive enfin, à bout de souffle, Sophie nous a dégoté une guesthouse fort sympathique qui a surtout le gros avantage d'être juste à l'entrée du village. Je crois que faire 500 mètres de plus aurait été ce jour-là au-dessus de mes forces ! Magnifique vue sur la vallée de la Sutlej et la montagne depuis notre chambre. J'ai tout de meme trouve la force d'aller montrer au cuistot comment faire des oeufs brouillés... mes talents culinaires etant bien connus !

 



Après un peu original mais néammois délicieux thali (riz-lentilles-curry-chapati), une bonne douche et une bonne nuit de sommeil, nous voilà prêtes pour attaquer notre première vraie montée : en route pour Nako (3660m d'altitude). Evidemment, les paysages sont encore à couper le souffle.

 

 
 
 
Spot de pique-nique
 
Ravitaillement 
 
Toilettes publiques
 

Nako, à une quinzaine de km du Tibet à vol d'oiseau, se révèle une étape bien agréable, mais en plein développement touristique. Un peu de verdure fait du bien dans cet univers minéral.

 

 
 
 




13 juillet  Nako - Tabo

 

Ca commence plutôt bien : Magnifique descente goudronnée sur 5 km.

 

 

Arrivée au fameux éboulement de Malling :

 

 

Je me fais aider pour pousser le vélo (on dirait pas sur la photo, mais ça grimpe sacrément, et il faut passer en courant) :
 
 
 
Oulala, ne traînons pas trop par là !
 
 
Suite du récit à venir



12 juillet  Tabo - Dankar

récit et photos à venir



Ajouter un commentaire